Accueil > Paroisses > Paroisse St-Jean-Baptiste en Niortais > Evènements et actualités de la paroisse > Année 2018 > janvier 2018 > Un temps convivial au Carmel pour conjurer la tristesse du deuil - 15 (...)

Un temps convivial au Carmel pour conjurer la tristesse du deuil - 15 (...)

Un temps convivial au Carmel pour conjurer la tristesse du deuil

Deux ans après la rencontre sud Deux-Sèvres des équipes Deuil Espérance, Odile Retailleau avait invité les membres de ce service de la pastorale des funérailles pour une formation.

Les réponses furent si nombreuses qu’il a fallu demander à Sœur Valérie du service de la liturgie deux dates.

Pour la première rencontre (paroisses Ste Sabine et St Jean-Baptiste en niortais), les interrogations étaient nombreuses :

  • - L’accueil des familles, c’est quelquefois dur de voir les personnes dans la peine… Nous devons éviter de juger car nous ne connaissons pas les personnes qui nous ont quittés. Quelle attitude avoir face à des cas difficiles tels que le décès d’un enfant, un suicide, un meurtre ? Il faut aussi mesurer l’exigence des familles. Comment réagir quand les familles ne veulent pas toutes les lectures bibliques proposées ? quelles lectures sont obligatoires ? Quelles musiques non religieuses peut-on accepter ou pas ?
  • - La célébration et sa préparation - Où trouver des textes nouveaux sans avoir l’impression de se répéter ? Il est important que le mot d’accueil soit lu uniquement par les accompagnants. Un commentaire en rapport avec l’évangile doit être proposé après la lecture de celui-ci. Mais est-il souhaitable de faire ce commentaire en l’absence de prêtre ? Doit-on mettre de l’encens ?
  • - Présence du prêtre aux funérailles ?
    Les équipes sont parfois confrontées aux réflexions de certaines familles sur la présence ou l’absence du prêtre. Comment faire comprendre aux familles que le prêtre n’est pas toujours disponible ? Il ne faut pas laisser trop de liberté aux famille lors des préparations, il faut les guider, les informer en particulier sur le manque de prêtre.
    Et les non-baptisés ?
  • - Pour les non-baptisés, dont la famille demande une sépulture religieuse, comment répondre ? Et dans le cas d’une personne divorcée ?
    Doit-on faire la bénédiction du corps pour un non baptisé ?

Le diocèse a publié un dossier qui a été distribué à chaque participant.

Merci aux sœurs du Carmel qui nous accueillent avec gentillesse. La paroisse leur donnera le liste des défunts pour qu’elles s’unissent à cette écoute et à l’annonce de la vie éternelle.

Père Jérôme de la Roulière