Accueil > Paroisses > Paroisse St-Jean-Baptiste en Niortais > Quelques textes... > Homélies > mariages > Se marier avec un autre, conte de la chenille (2017)

Se marier avec un autre, conte de la chenille (2017)

Romain et Charlotte vous avez choisi l’Evangile de la maison bâtie sur le roc. Voici cette maison, image de notre vie et de votre couple qui dure. Elle connaîtra les temps faciles et les épreuves comme vous le dîtes dans l’échange des consentements. Le roc, c’est le Christ qui est là au coeur de nos vies, un Christ qui agit par son amour et que nous cherchons. Il est plus grand que nous et est à chercher avec patience comme le rocher sur lequel nous voulons construire du solide. La question n’est pas celle de la maison (vous vous aimez) mais de la recherche des fondations.

Un mille-pattes vivait tranquille sur sa terre d’Anjou. Il serpentait dans les jardins au printemps et mangeait les miettes de pain et autres fruits à sa portée. Ses nombreuses pattes faisaient l’admiration des fourmis (avec 6 seulement) et des araignées (huit) mais il éprouvait la solitude. Et voici qu’un jour, il croise une chenille verte, un peu perdue sur le sol après avoir mangé une feuille. Tout de suite, il s’entendirent et marchèrent côte à côte, patte contre patte, pied contre pied. Ils cherchaient leur nourriture ensemble. Le soir, ils regardaient les étoiles et alors que la chenille dormait, notre mille-pattes mettait une feuille sur elle. Du matin avec la rosée au milieu du jour surchaud, nos deux animaux partageaient joies et peines.

Voici qu’un jour la chenille trembla. Notre mille-pattes s’inquiéta de la fièvre. Elle s’allongea. Et voilà qu’elle bavait avec un fil. Le lendemain matin, notre chenille avait disparu dans un grand sarcophage gris et le mille-pattes pleura cette amie si chère. Il resta trois jours auprès de cette masse grise qui avait fait disparaître sa belle chenille verte. Le troisième jour, voilà qu’il se réveille avec cette masse grisâtre toute dégonflée et un joli papillon jaune vient le saluer. "Mon mille-pattes, me voici libre d’aller de fleur en fleur, je suis la chenille que tu aimais et qui a mué. Viens partager ma joie".

Notre mille-pattes avait du mal à comprendre où était passé sa chenille verte. Le papillon semblait si léger, loin de lui. Le voilà seul alors qu’il avait cherché si longtemps une amie.

Le papillon essaya de lui parler, de se poser à terre, pas facile pour lui. Le mille-pattes reparti tout triste, sans voir que la chenille avait grandi. Comment imaginer qu’on passe de mille-pattes sur la terre à deux ailes au ciel ?

Ce conte sur la différence va nous faire méditer trois points de la vie à deux.

Aimer un autre sexe

C’est une évidence. On aime l’autre avec ses traits de caractère, comme une complémentarité évidente. Ce qui est cité dans le cantique des cantiques : la voie de la colombe et le bondissement du poulain pour l’une et l’autre. L’un mange des yaourts à la bergamote pendant que l’autre fait du kitesurf. Vous avez chacun vos passions. L’être humain est attiré par la différence comme il adore ce qui est invisible. Cette altérité fonde le couple et développe la complémentarité. Certains livres commentent : les hommes viennent de Mars et les femmes de Vénus.

La providence de Dieu qui vous a guidé l’un vers l’autre montre d’abord les points communs et vous allez découvrir les différences qui font le dialogue. Jésus écoute et savoure les questions de la Samaritaine, une femme qui a soif comme lui mais s’interroge sur l’eau vive.

Aimer et se laisser convertir dans le temps

Cette altérité grandit dans le temps. Avec la parabole de la maison sur le roc, ce sont bien les intempéries qui révèlent la solidité ou la fragilité des fondations. Un couple attend les enfants, les voit grandir et prendre leur envol. Une femme, une mère , une grand-mère. Un homme, un père, un grand-père. Nos braves papillons changent d’ailes au cours du temps.
La persévérance devient le point central de l’amour qui apprend à changer et garde la mémoire de temps heureux passés, de l’engagement donné et reçu. "L’amour prend patience" dit St Paul dans l’épitre aux Romains. Le temps (et surtout l’éternité de la vie au ciel) donne de trouver son identité véritable au travers des mues et évolutions. La différence du couple aide à ces conversions pour être mieux soi-même et mieux aimer l’autre donné par Dieu.

Aimer les autres et se laisser aimer

Le mille-pattes vivait seul, comme la chenille. La rencontre les unit et leur donne une joie de vivre qui se communique. Un couple devient par le mariage un foyer, lieu accueillant où la tendresse, l’attention à chacun prend place. Ce mouvement vers l’extérieur, comme l’amour de Dieu qui se donne aux hommes pour être lui-même, fonde une famille ouverte aux enfants et au monde.

Quels seront vos engagements, votre sensibilité à ce monde où la consommation est l’unique échelle de valeur ? Où l’argent semble simplifier la vie et sélectionner selon les revenus ? Les dons de Dieu sont variés et vous pouvez, comme couple, témoigner au monde d’une tolérance mais aussi de points communs qui vous unissent. Ainsi nait une fraternité renouvelée pour notre terre.

***

Dieu pose son aile sur votre couple. Le sacrement du mariage fait de votre attirance un signe se son alliance. Diversité et union. Miracle de la stabilité des sentiments avec une vie qui change. Que notre regard reste émerveillé des dons de Dieu comme Marie qui s’étonne du message de l’ange et devient mère.

Père Jérôme de la Roulière, Epiré , 8 juillet 2017

LA CHENEUILLE

Berdic ! Berdac ! Berdic ! Berdac ! fait le vieux mille-pattes lorsqu’il marche...
Pattes en bois, en plastique, que de la récupération !

Lorsqu’il était plus jeune, il faisait craquer toutes les mille-pattesses du pays mais il n’y prêtait guère attention.

Un jour, une magnifique cheneuille jaune bien grasse, coiffée de bleu, croisa son chemin. Il sut immédiatement que c’était elle, l’amour de sa vie, sa reine, sa moitié...

Un conte plein d’humour et de tendresse sur la complexité de l’amour.

Yannick Jaulin

Collection Rêves bleus - Editions d’Orbestier