Sainte Sabine, sa vie

SAINTE SABINE

Jour de mort : 29 août, vers 126
Tombeau : à Rome dans la basilique qui lui est dédiée sur l’Aventin.

Sainte Sabine, originaire de Vindena, en Ombrie, fut l’épouse d’un patricien appelé Valentin.

Elle fut convertie à la foi chrétienne par sa servante Séraphie. Après le martyre de la pieuse vierge(le martyrologe en fait mémoire le 3 septembre), elle en recueillit les restes pour les ensevelir avec honneur. Cela lui vaut d’être incarcérée peu après par ordre de l’empereur Adrien, et d’être traduite devant le tribunal d’Elpidius : « N’êtes-vous pas Sabine, veuve de l’illustre Valentin ? » lui demanda celui-ci.
Oui, c’est moi, répondit-elle, et je rends grâces à mon Seigneur Jésus-Christ d’avoir été délivrée de la servitude des démons par l’intercession de sa servante Séraphie ».

Le juge la condamna à mort pour son mépris des dieux.

Les chrétiens déposèrent son corps dans le tombeau où elle-même avait enseveli Séraphie, sa maîtresse dans la foi.

Quel exemple édifiant ! La servante convertit sa maîtresse ; la maîtresse ensevelit le corps de sa servante et la suit dans son martyr. _ Toutes deux reposent unies dans une même sépulture.

Comme le christianisme sait franchir les barrières sociales !

La basilique de Sainte Sabine est une des plus célèbres églises stationnales de Rome ; c’est là que le clergé et les fidèles se rassemblent le Mercredi des Cendres.