Pierre m’aimes-tu ? - 5 mai 2019

Jésus Christ appelle une deuxième fois.

Le premier appel de Jésus pour Pierre l’institue au milieu des Douze. Il sera la pierre sur laquelle Jésus construira l’Eglise. Le deuxième appel souligne l’affection de Pierre pour Jésus, plus forte que toutes les trahisons. Ainsi Pierre et les disciples autour de lui vont suivre Jésus par delà son départ, jusqu’à Jérusalem pour Pierre et Paul.

Il n’y a pas un seul appel qui décide de tout mais deux appels qui se complètent. Dans le texte post synodal sur les jeunes, "La jeunesse, phase du développement de la personnalité, est marquée par des rêves qui peu à peu prennent corps, par des relations qui acquièrent toujours plus de consistance et d’équilibre..." n°137

Jésus qui m’a appelé un jour me réappelle aujourd’hui. Que vais-je lui répondre ? Beaucoup se sentent marginalisés. C’est le rôle des chrétiens que de rappeler cet appel de Jésus.

Un partage d’Evangile pendant la messe : Pierre, m’aimes tu ?

Equipe de 4 à 6 personnes - On prend une minute de silence.
Chacun se présente par son prénom.
Puis une lecture à voix haute par un membre du groupe

3 fois 3 minutes pour répondre à ces trois questions :

  • - Voici une scène étonnante avec Jésus qui prépare un repas. Comment aurais-je réagi ?
  • - Jésus dit " Venez manger". Comment je reçois à la messe ce pain de vie ?
  • - oui, je t’aime dit Pierre. Comment je peux exprimer cet amour du Christ ?

Le prêtre fera une conclusion pour tous.

Pourquoi ne pas faire un tel partage dans la voiture avant la messe ? Ou aller au groupe de lectio à Vouillé ? Un groupe biblique ?

Père Jérôme

Exhortation du pape : Il vit le Christ

Huitième chapitre : « La vocation »

« Ce que Jésus désire de chaque jeune, c’est avant tout son amitié. Il est essentiel de discerner et de découvrir cela. C’est le discernement fondamental » (250). La vocation est un appel au service missionnaire envers les autres, « parce que notre vie sur la terre atteint sa plénitude quand elle se transforme en offrande » (254). « Pour accomplir sa propre vocation, il est nécessaire de développer, de faire pousser et grandir tout ce que l’on est. Il ne s’agit pas de s’inventer, de se créer spontanément à partir de rien, mais de se découvrir soi-même à la lumière de Dieu et de faire fleurir son propre être » (257). Et le fait d’« “Être pour les autres” dans la vie de chaque jeune est généralement lié à deux questions fondamentales : la formation d’une nouvelle famille et le travail » (258).

Concernant « l’amour et la famille », le Pape écrit que les jeunes « ressentent avec force l’appel à l’amour, et ils rêvent de trouver la bonne personne avec laquelle former une famille et construire une vie ensemble » (259)