• Logo
  • C’était le vendredi, Seigneur, tu es parti ; la mort t’a pris.
    Elle t’a emporté dans le noir du tombeau ; mes yeux n’espéraient plus te voir.
    Seigneur, tu es parti ; mon cœur s’est rempli de tristesse.
    Je l’aimais bien, pourtant, le prophète Yéshoua de Nazareth en Galilée.
    Sous un ciel menaçant, Christ était mort.

    Mais en ce clair matin, les cloches de mon village carillonnent à toute volée.
    Aujourd’hui, c’est la Pâque du Seigneur.
    Ce matin mon cœur exulte de joie ; ce matin j’ai oublié ma peine. Le soleil de Pâques a balayé les nuages de la désespérance.

    Christ est ressuscité

    Le tombeau est vide ; mes amis ont vu le Seigneur. Il a échappé à la mort. La ténèbre n’a pu le retenir.

    Christ est ressuscité

    Devant lui la mort s’est inclinée. Jamais plus elle ne vaincra. L’espérance en ce jour a revêtu son manteau d’éternité.

    Christ est ressuscité

    À l’horizon, le soleil décline. Le cœur lourd des évènements du Vendredi, Cléophas et son ami cheminent vers leur village d’Emmaüs.
    Un homme les rejoint. Leur cheminement qui était désespoir devient peu à peu invitation : partage de la Parole – puis partage du Pain. Enthousiastes, ils vont annoncer la nouvelle à Jérusalem :

    Christ est ressuscité

    Cette nuit, sur le lac de Tibériade, la pêche ne valait pas la peine.
    Dans la brume matinale, Simon bar Yona, Jacques et Jean, les fils de Zébédée, Nathanaël de Cana en Galilée, Thomas dit le jumeau et deux autres compagnons (dont Yohanan, le « disciple que Yéshoua aimait ») rament vers le port de Kfar Nahum.

    Sur la rive quelqu’un les interpelle : « Les enfants, jetez le filet. »
    « Le disciple que Yéshoua aimait »
    dit à Simon : « C’est le Seigneur ».
    Ils ramenèrent une telle quantité de poissons (153) que la barque s’enfonçait.
    Le feu du partage les attend sur l’estran.

    Christ est ressuscité

    Saul approuve le meurtre du diacre Stéphanos (Etienne). Il décide de se rendre à Damas. Son cœur est empli de haine pour la secte des chrétiens.

    Mais il ne comprend plus. Il ne voit plus, terrassé qu’il est sous le soleil brûlant des collines désertiques du Golan.

    « Je suis celui que tu persécutes »

    Saul de Tarse désormais ne cessera de proclamer

    à Corinthe et à Philippes
    à Ephèse et à Bérée

    Christ est ressuscité

    Grâce aux nombreux témoins qui se sont succédé dans le temps, ce cri d’espérance est parvenu jusqu’à nous. Ce cri de résurrection qui est né il y a bien longtemps là-bas à Jérusalem,

    Jérusalem "ville d’or et de lumière"

    Χριστὸς ἀνέστη

    Christ est ressuscité

    Αληθώς Ανέστη

    Il est vraiment ressuscité

    Père Joseph GUILBAUD
    Lire les autres textes du Père Joseph GUILBAUD