Chères idées noires !

A l’église de Cherveux, le samedi 23 juin 2018, voici le début de notre "Prière Universelle" :

Le rêve tient une grande place dans nos vies. Nous projetons un avenir meilleur et nous rêvons avec nostalgie des temps anciens.
Pour que Tu nous aides à vivre avec intensité notre vie présente. Seigneur, nous Te prions !

"Nostalgie" : c’est bien vrai que volontiers nous nous laissons aller à chanter : "Noir ! c’est noir : il n’y a plus d’espoir, Oh ! oh ! oh ! oh !" Réagissons ! Je voudrais démentir cette chanson à partir de mes temps anciens : arrière ! la nostalgie, car la pleine floraison de nos âges est encore à venir.

Voici le cadre d’un souvenir vieux de trois quarts de siècle : mon église à flanc de coteau, avec une chapelle latérale sombre creusée dans le tuffeau des bords de la Loire. A l’entrée, mieux éclairée, de cette grande cave voûtée, notre vieux curé nous faisait le catéchisme ; du fond obscur était tendu un écran pour le second acte : les projections. Cette partie profane du caté, avec ses débordements de rires, ses silences anxieux, ses commentaires passionnés, se faisait ainsi à l’écart, presque dans le noir, hors de l’espace sacré.

Sur le drap blanc, voici des images immobiles, mais tellement animées, enrichies, colorées par nos imaginations ! "Les aventures de Zig et Puce", "Jo, Zette et Jacko", "Le stratonef H22" lancé vers la lune.... Ah ! ces premiers voyages interplanétaires !

- Vous croyez, Monsieur le curé, qu’on ira un jour sur la lune ?
- Certainement, mes enfants. Moi non, mais vous sans doute. Le progrès va si vite....Et l’avenir est à vous, avec toutes ses promesses.

Redevenu catéchiste des années 40, il nous remettait ensuite les pieds sur terre ; il nous rendait présents d’autres enfants lointains dans le besoin ; je me souviens de l’œuvre de "La Sainte Enfance" qui nous sollicitait de quelques oraisons et de quelques sons pour le bien-être et l’éducation chrétienne des petits chinois et des petits noirs d’Afrique. Il nous disait tristement :
- Les aider, ces enfants d’autres couleurs, c’est préparer notre avenir chrétien. Voyez : je suis vieux : un jeune prêtre devrait me remplacer. Mais lui, l’âge venu, qui le remplacera ? Bientôt, on aura moins de curés que de paroisses : il faudra que viennent à notre secours des Jaunes, des Noirs....Sinon la parole du curé d’Ars se réalisera : "Laissez une paroisse vingt ans sans prêtre, et on y adorera des bêtes".
- Alors, ils viendront les Jaunes, les Noirs ?
- On pourra choisir la couleur ?
- Si tu préfères un Blanc, fais toi prêtre !

Et nous voilà tous à rêver : un curé africain débarquant du stratonef H22... Soutane noire, col romain en celluloïd tout blanc et....tête noire. Une apparition à faire aboyer Milou..............Mais nous autres, nous sommes d’accord et avec joie...................

Et voici 2018. Ma paroisse poitevine, Saint Louis Marie Grignion de Montfort (26 églises) subsiste grâce à quatre prêtres dont deux sont dans la force de l’âge et venus précisément d’Afrique noire. Nous leur disons "mon Père" car ils nous élèvent dans la foi, quelque soit notre âge, au nom de Dieu "de qui toute paternité tire son nom".

Merci à tous d’être là ! Merci aux deux Africains expatriés pour nous ! C’est grâce à eux tous que je puis encore "m’approcher de l’autel de Dieu, du Dieu qui fait la joie de ma jeunesse" et "vivre avec intensité ma vie présente".

HERDE