Accueil > Paroisses > Paroisse St-Jean-Baptiste en Niortais > Evènements et actualités de la paroisse > 8 décembre 2018 : Béatification des Martyrs d’Algérie - Nous côtoyons des (...)

8 décembre 2018 : Béatification des Martyrs d’Algérie - Nous côtoyons des (...)

8 décembre 2018 : Béatification des Martyrs d’Algérie

Nous côtoyons des futurs saints

Ayant habitée à Thouars, j’ai bien connu Frère Bruno qui était à l’époque Père Christian Lemarchand.

Il fut professeur de français puis directeur du collège-lycée St Charles où j’étais moi-même lycéenne entre les années 66 et 70. Je me souviens d’un homme de prière, à l’écoute, quelqu’un de calme et humble.

A notre mariage il était présent. Quelle grâce pour Dominique et moi !

Ce fut un grand étonnement pour moi quand j’ai appris 10 ans après, qu’il partait comme moine à l’Abbaye Notre Dame de Bellefontaine, dans l’Anjou.
Il devient dans cette communauté de trappistes Frère Bruno.
Il avait 51 ans et 25 ans de prêtrise.
Il était né à St Maixent en 1930. Son père était officier dans l’armée coloniale, ce qui lui a valu de vivre en Syrie, au Tonkin et en Algérie.
Toujours à St Maixent, en 1956, il fut ordonné prêtre et pendant 25 ans il est resté à St Charles à Thouars.

A 15 ans, il avait ressenti l’appel à la vie monastique.
5 ans après son ordination, il cherche encore. Il s’attache à une fraternité sacerdotale « Charles de Foucauld » qui le conduit à Notre Dame de Bellefontaine où pendant plus de 15 ans il ira faire retraites et stages.
En 1981, il y entre comme postulant dans une « vie cachée, une vie de contemplation et d’humbles services »
En 1984, un autre appel est celui de partir avec d’autres frères à l’Abbaye Notre Dame de l’Atlas, à Tibhirine au sud d’Alger pour « une solitude plus grande, une prière plus intense, une pauvreté matérielle réelle et un témoignage d’amour en terre d’Islam »
En 1990, il y prononce son engagement définitif. Il a 60 ans.

_ Le prieur, Christian de Chergé (martyr aussi) demande alors à Frère Bruno de rejoindre la maison annexe de Fès au Maroc où il devient le Supérieur.
Il disait : « Ma prière est devenue gratuite pour rejoindre celle de mes frères et sœurs musulmans. Mon seul but est de mettre la prière de Jésus en cette terre dans l’esprit du Père de Foucauld »

Le 18 mars 1996, il retourne à Tibhirine, malgré la guerre civile en Algérie, pour participer à l’élection d’un nouveau prieur qui devait avoir lieu le 31 mars. Mais avec 6 autres frères de la communauté, il sera enlevé par des islamistes dans la nuit du 26 au 27 mars. On apprendra leur mort le 21 mai 1996.
Ils auront vécu une « vie ordinaire », pour un « vivre ensemble » dans la fraternité en terre musulmane.

Aujourd’hui 8 décembre 2018, les 7 moines de Tibhirine sont béatifiés à Oran, avec 12 autres martyrs d’Algérie dont Mgr Pierre Claverie évêque d’Oran. Ils ont tout donné par amour pour le Christ et pour leurs frères algériens…

Bernadette S.