Loukas (Saint Luc) et la venue du Messie

Loukas et la venue du Messie

     

JPEG - 115 ko

Durant l’année liturgique passée, l’évangéliste Markos (Saint Marc) nous a parlé de Yéshoua de Nazareth (Yéshoua était le nom que lui avait donné ses parents). Pour l’année qui vient, c’est Loukas (Saint Luc) qui va nous entretenir du Christ Yeshoua.

D’emblée, l’évangéliste nous révèle que le temps de l’Avent est le temps de la venue du Christ : venue du Christ à Beit Lehem (Bethléem) – venue du Christ dans les évènements de notre vie - mais aussi la venue du Christ à la fin des temps (Lc 21, 25-27 et 34-36), ce qui constitue notre propos aujourd’hui.

Yéshoua, comme on l’appelait, parlait à ses disciples de sa venue : « Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles ».

Le texte de Loukas est écrit dans un genre littéraire très particulier que l’on appelle le genre apocalyptique.

Qu’est-ce qu’un genre littéraire ? A notre époque, on écrit un roman ; on fait de la poésie, du théâtre, on raconte une fable ; en somme un genre littéraire est une façon d’écrire, de délivrer un message.

A l’époque du Christ, les écrivains s’intéressaient à la philosophie, rédigeaient des paraboles, écrivaient des apocalypses. Il faut noter qu’à l’intérieur d’un même livre parfois on pouvait rencontrer des genres différents.

Dans l’évangile de Loukas, on relève des passages se référant à l’histoire ; certains passages sont des paraboles ; d’autres se réfèrent au genre apocalyptique. Le passage d’évangile que nous relisons aujourd’hui (Lc 21, 25-27 et 34-36) est un exemple de récit apocalyptique.

JPEG - 27.9 ko
Codex sinaiticus

Ce genre apocalyptique est apparu en Israël deux siècles avant la venue du Messie pour se prolonger au 1er siècle de notre ère. Ce style biblique a pris la suite du « genre prophétique » : toutes les espérances d’Israël avaient été déçues ; le Peuple Juif qui attendait le Roi Messie était soumis aux grands empires païens (grec – puis romain) donnant l’impression que l’Histoire échappait à Yahweh. Ainsi le courant apocalyptique voulait, avant tout, faire renaître l’espérance, en criant encore plus fort le message des prophètes : Dieu est le maître de l’Histoire.    

Regardons de plus près le texte : « Ces étoiles qui tombent du ciel, ce soleil qui ne donne plus sa lumière » sont une manière de dire que Dieu est le maître.

JPEG - 139.3 ko

En effet les peuples de l’ancien Orient adoraient les astres comme des êtres surnaturels, dominant le monde et déterminant le destin des hommes (à noter le succès toujours actuel des horoscopes et de l’astrologie). Ainsi le jour viendra où les astres s’évanouiront lamentablement, les étoiles, le soleil tomberont.

Il n’y aura plus d’autres dieux que le Dieu d’Israël, voilà le sens, le message de ce passage de l’évangile de Loukas. 

« Alors on verra le Fils de l’homme venir dans la nuée avec grande puissance et grande gloire ».

JPEG - 164.7 ko

Christ Yéshoua, loin d’exploiter la peur, la désamorce : ces évènements loin d’être la fin de tout, ne sont que le début d’un autre monde : l’annonce d’une rencontre : la venue du Fils de l’homme dans la gloire même de Dieu. Yéshoua de Nazareth s’identifie à ce Fils de l’homme : l’Avent est donc la préparation de la venue du Christ à la fin des temps. Le texte cité plus haut nous délivre un message d’espérance. A noter que la venue du Christ à la fin des temps, pour nous, c’est le moment de notre passage vers le Père. « Qui regarde vers lui resplendira » Ps. 33  

JPEG - 20.4 ko

« Tenez-vous prêts, de crainte que votre cœur ne s’alourdisse, et que ce jour-là ne tombe sur vous à l’improviste ». Après les conseils d’espérance, voici un conseil de vigilance : il ne faut pas se laisser surprendre par la venue du Christ, surtout pas la dernière, celle de notre passage pour la maison du Père. L’Avent est le temps de l’allègement, le temps du cœur léger - message de vigilance. « Restez éveillés et priez en tout temps ». La prière, loin d’être une fuite des réalités est une sorte de guet. « Fils d’homme, c’est toi que j’ai placé comme guetteur » (Ez 30, 7-9). Vois-tu le Christ venir ? Es-tu à l’affût des signes qui l’annoncent ?

Le récit de l’évangile de Loukas nous invite à la prière d’attente. L’Avent est le temps du désir de Dieu.  

Il viendra :

Un soir

sera le dernier soir

du monde.  

JPEG - 78.1 ko

Un silence d’abord,

et l’Hymne éclatera.

Un chant de louange

sera le premier mot

dans l’aube nouvelle.

           

« Et moi, par ta justice, je verrai ta face.
Au réveil, je me rassasierai de ton visage. » (Psaume 16)

Père Joseph GUILBAUD

Lire les autres textes du Père Joseph GUILBAUD

Temps de l’Avent

Répondre à cet article