Le droit au secret.

« La valeur du secret est mise en question sous un double aspect aujourd’hui. Le secret qui couvre l’action criminelle ou perverse ne peut moralement, être admis, mais celui qui protège le criminel ou le pervers, qu’en sera-t-il ? L’espace privé fragilisé, sous l’injonction ambiante du tout visible, du tout transparent, du tout partagé (réseaux sociaux…). Qu’en sera-t-il de la distinction si importante entre la vie privée et la vie publique ? »

Répondre à cet article