Evangile Marc - Les disciples

LES DISCIPLES DANS L’EVANGILE DE MARC

Quand on lit l’Evangile selon Marc, on est très étonné de l’image qui est donnée des disciples. Nous y avons fait allusion dans le précédent article. Nous nous proposons maintenant d’approfondir cette question. Nous le ferons en deux temps. Dans un 1ertemps, nous présentons les principaux textes où l’on peut repérer l’inintelligence et la non foi des disciples. Dans un 2ème temps, nous essaierons d’en comprendre le sens. Cependant nous mettons à part, par une typographie particulière, le premier et le dernier passages, qui présentent les disciples sous un jour favorable. Nous donnerons une explication dans le prochain article.

Appel des premiers disciples

1, 16 Comme il passait le long de la mer de Galilée, il vit Simon et André, le frère de Simon, en train de jeter le filet dans la mer : c’étaient des pêcheurs. 17 Jésus leur dit : " Venez à ma suite, et je ferai de vous des pêcheurs d’hommes. " 18 Laissant aussitôt leurs filets, ils le suivirent. 19 Avançant un peu, il vit Jacques, fils de Zébédée, et Jean son frère, qui étaient dans leur barque en train d’arranger leurs filets. 20 Aussitôt, il les appela. Et laissant dans la barque leur père Zébédée avec les ouvriers, ils partirent à sa suite.

Ils ne comprennent pas ce que Jésus dit sur le pur et l’impur

7, 17 Lorsqu’il fut entré dans la maison, loin de la foule, ses disciples l’interrogeaient sur cette parole énigmatique. 18 Il leur dit : " Vous aussi, êtes vous donc sans intelligence ? Ne savez-vous pas que rien de ce qui pénètre de l’extérieur dans l’homme ne peut le rendre impur, 19 puisque cela ne pénètre pas dans son cœur, mais dans son ventre, puis s’en va dans la fosse ? " Il déclarait ainsi que tous les aliments sont purs.

Ils n’ont rien compris à la multiplication des pains

8, 14 Les disciples avaient oublié de prendre des pains et n’en avaient qu’un seul avec eux dans la barque. 15 Jésus leur faisait cette recommandation : " Attention ! prenez garde au levain des Pharisiens et à celui d’Hérode. " 16 Ils se mirent à discuter entre eux parce qu’ils n’avaient pas de pains. 17 Jésus s’en aperçoit et leur dit : " Pourquoi discutez-vous parce que vous n’avez pas de pains ? Vous ne saisissez pas encore et vous ne comprenez pas ? Avez-vous le cœur endurci ? 18 Vous avez des yeux : ne voyez-vous pas ? Vous avez des oreilles : n’entendez-vous pas ? Ne vous rappelez-vous pas, 19 quand j’ai rompu les cinq pains pour les cinq mille hommes, combien de paniers pleins de morceaux vous avez emportés ? " Ils disent : " Douze. " 20 " Et quand j’ai rompu les sept pains pour les quatre mille hommes, combien de corbeilles pleines de morceaux avez-vous emportées ? " Ils disent : " Sept. " 21 Et il leur disait : " Ne comprenez-vous pas encore ?"

Pierre n’accepte pas le Messie souffrant

8, 27 Jésus s’en alla avec ses disciples vers les villages voisins de Césarée de Philippe. En chemin, il interrogeait ses disciples : " Qui suis-je, au dire des hommes ? " 28 Ils lui dirent : " Jean le Baptiste ; pour d’autres, Elie ; pour d’autres, l’un des prophètes. " 29 Et lui leur demandait : " Et vous, qui dites-vous que je suis ? " Prenant la parole, Pierre lui répond : " Tu es le Christ. " 30 Et il leur commanda sévèrement de ne parler de lui à personne. 31 Puis il commença à leur enseigner qu’il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes, qu’il soit mis à mort et que, trois jours après, il ressuscite. 32 Il tenait ouvertement ce langage. Pierre, le tirant à part, se mit à le réprimander. 33 Mais lui, se retournant et voyant ses disciples, réprimanda Pierre ; il lui dit : " Retire-toi ! Derrière moi, Satan, car tes vues ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. "

Autres incompréhensions des disciples

9, 30 Partis de là, ils traversaient la Galilée et Jésus ne voulait pas qu’on le sache. 31 Car il enseignait ses disciples et leur disait : " Le Fils de l’homme va être livré aux mains des hommes ; ils le tueront et, lorsqu’il aura été tué, trois jours après il ressuscitera. " 32 Mais ils ne comprenaient pas cette parole et craignaient de l’interroger. 33 Ils allèrent à Capharnaüm. Une fois à la maison, Jésus leur demandait : " De quoi discutiez-vous en chemin ? " 34 Mais ils se taisaient, car, en chemin, ils s’étaient querellés pour savoir qui était le plus grand. 35 Jésus s’assit et il appela les Douze ; il leur dit : " Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous et le serviteur de tous….

38 Jean lui dit : " Maître, nous avons vu quelqu’un qui chassait les démons en ton nom et nous avons cherché à l’en empêcher parce qu’il ne nous suivait pas. " 39 Mais Jésus dit : " Ne l’empêchez pas, car il n’y a personne qui fasse un miracle en mon nom et puisse, aussitôt après, mal parler de moi.

14, 50 Et tous l’abandonnèrent et prirent la fuite.

Ils ne croient pas les témoins de Jésus ressuscité

16, 9 Ressuscité le matin du premier jour de la semaine, Jésus apparut d’abord à Marie de Magdala, dont il avait chassé sept démons. 10 Celle-ci partit l’annoncer à ceux qui avaient été avec lui et qui étaient dans le deuil et les pleurs. 11 Mais, entendant dire qu’il vivait et qu’elle l’avait vu, ceux-ci ne la crurent pas. 12 Après cela, il se manifesta sous un autre aspect à deux d’entre eux qui faisaient route pour se rendre à la campagne. 13 Et ceux-ci revinrent l’annoncer aux autres ; eux non plus, on ne les crut pas. 14 Ensuite, il se manifesta aux Onze, alors qu’ils étaient à table, et il leur reprocha leur incrédulité et la dureté de leur cœur, parce qu’ils n’avaient pas cru ceux qui l’avaient vu ressuscité.

Leur foi s’exprime par la mission

15 Et il leur dit : " Allez par le monde entier, proclamez l’Évangile à toutes les créatures. 16 Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé, celui qui ne croira pas sera condamné. … " 19 Donc le Seigneur Jésus, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel et s’assit à la droite de Dieu. 20 Quant à eux, ils partirent prêcher partout : le Seigneur agissait avec eux et confirmait la Parole par les signes qui l’accompagnaient.

Joseph CHESSERON