Accueil du site > Paroisses > Paroisse Ste-Sabine en Niortais > Actualités > Conférence : Colombie, construire la paix, cultiver la terre

Conférence : Colombie, construire la paix, cultiver la terre

COLOMBIE,
CONSTRUIRE LA PAIX, CULTIVER LA TERRE.

Dimanche 24 mars de de 15h à 17h30
Salle socio-culturelle
390, Grande Rue - 79270 EPANNES

La Paroisse Ste-Sabine en Niortais et le CCFD-Terre solidaire s’associent pour accueillir M. Erminsu Pabon, directeur de l’Instituto Mayor Campesino de Buga en Colombie. M. Pabon est expert en développement rural et fort d’une expérience de vingt ans dans une région agricole très affectée par un long conflit armé, dont le nerf est l’hyper-concentration des terres.

La conférence sera suivie d’une discussion avec les participants, d’un échange de "regards croisés" entre l’expérience colombienne de l’Instituto Mayor Campesino et des expériences locales, ainsi que d’un verre de l’amitié.

L’INSTITUTO MAYOR CAMPESINO - IMCA Fondé en 1962, l’IMCA – Instituto Mayor Campesino (Institut Supérieur Paysan) est un centre de formation basé dans la petite ville de Buga, dans la région du Valle del Cauca, au sud-ouest de la Colombie.
Il développe des programmes d’appui auprès d’organisations paysannes. Ses activités concernent le développement concerté au niveau local et régional et la promotion de la souveraineté alimentaire des populations rurales les plus vulnérables dans une région où l’agriculture locale évolue massivement vers la monoculture et l’utilisation d’intrants chimiques. C’est aussi la région de la Colombie qui compte le plus de familles déplacées par la violence du long conflit armé colombien.
Soutenu depuis 2001 par le CCFD-Terre Solidaire, l’IMCA accompagne les responsables et usagers d’un réseau d’aqueducs construits pour la gestion communautaire de l’eau à usage agricole et domestique. Il contribue à la formation des acteurs de la société civile locale, mène des actions de plaidoyer sur le thème de l’eau et la problématique des accaparements de terres, question qui devient cruciale pour le pays. Ses activités touchent aujourd’hui quelques 30 000 personnes.
Depuis 2018, l’IMCA fait partie du programme mondial TAPSA, un programme qui stimule le passage à une échelle supérieure de l’agroécologie paysanne dans des régions à haut risque climatique. Il est co-financé par le CCFD-terre solidaire et l’AFD-Agence Française de Développement

Répondre à cet article